L'investissement participatif connaît-il du succès en France?

espace-immobilier-fr-succes-investissement-participatif-france.jpg

Le succès de l'investissement participatif en France, pourquoi autant de succès ?

A la question de savoir si l’investissement participatif connaît un réel succès dans l’Hexagone, il est possible de répondre oui, et ce sans le moindre doute. Cette réussite indiscutable tient à plusieurs raisons, à commencer par la grande diversité des différentes formes de crowdfunding. De quoi s’agit-il concrètement et quelles sont les raisons d’un tel engouement ? Vous trouverez nos réponses au cours de cet article.

L’investissement participatif, qu’est-ce que c’est ?

Comme son nom l’indique, cette pratique consiste à faire participer plusieurs investisseurs à un projet commun. L’investissement participatif touche absolument tous les domaines, de la création artistique au monde de l’entreprise, en passant par le secteur immobilier avec des sites internet dédiés comme Homunity.com. Si son Histoire remonte à loin, c’est surtout à partir des années 2000 que le crowdfundinga commencé à prendre son envol.

En échange de leur participation, les différents contributeurs peuvent recevoir une compensation une fois que le projet financé aboutit. Il s’agit en fait d’un mode de financement alternatif, qui permet aux bénéficiaires de s’affranchir au moins en partie, voire en totalité, des établissements bancaires et des souscriptions de crédit.

Quatre formes différentes

On distingue généralement quatre grands types de crowdfunding :

  • Don : cette forme présente trois déclinaisons, à commencer par le don sans contrepartie. Le contributeur finance une partie du projet sans rien attendre en retour. Deuxième possibilité, le don contre don symbolique consiste à recevoir un goodies ou une petite compensation en échange de sa participation. Dernière option, la prévente, qui permet par exemple de recevoir un exemplaire du produit créé. Ce mode de financement est beaucoup utilisé dans le domaine artistique, à savoir la musique, le cinéma ou la sphère vidéoludique.
  • Crowdequity :une pratique idéale pour donner un coup de pouce aux jeunes entreprises, startups et autres PME durant leurs premières années d’existence, qui sont toujours les plus difficiles. Le crowdlending consiste à acquérir des parts de la société en participant à son financement. Un choix risqué pour l’investisseur, mais qui permet à l’entrepreneur de bénéficier d’une solidité supplémentaire. Si la société gagne de l’ampleur, tout le monde en profite, en particulier l’investisseur qui perçoit des dividendes d’autant plus intéressants.
  • Crowdlending : similaire au crowdequity, le crowdlending permet aux entrepreneurs d’acquérir du matériel neuf, de lancer une nouvelle gamme ou d’étendre leur marché en bénéficiant d’un prêt de la part des investisseurs.
  • Investissement participatif immobilier : comme son nom l’indique, ce mode de financement collectif concerne exclusivement le secteur immobilier. Dans les faits, un promoteur soumet son projet sur une plateforme spécialisée, et les contributeurs alimentent une levée de fonds, généralement à partir de 1 000 euros. Lorsque les logements sont construits, puis vendus ou loués, chaque participant reçoit une partie des ventes, ou perçoit une partie des loyers selon ce qu’il aura investi.

Quelles sont les raisons du succès connu par le crowdfunding ?

Première raison, la crise économique de 2008 et ses prémices ont modifié, pendant un temps, le comportement des banques. Moins enclines à proposer des prêts, elles ont contraint des porteurs de projet de tous les horizons ont dû trouver d’autres moyens de se financer. Dans une telle conjoncture, l’investissement participatif a naturellement pris de l’ampleur.

Autre raison : la transition digitale. La multiplication des supports, appareils et moyens de communication facilite l’accès à l’information. Cela permet également de mettre plus simplement en contact les différents acteurs du phénomène. Un grand nombre de plateformes en ligne ont ainsi vu le jour en seulement quelques années.

Dernier point, et non des moindres, les sommes en jeu sont suffisamment basses pour permettre à tout un chacun de participer, des gros investisseurs aux petits épargnants. Il s’agit en somme d’une pratique plus démocratique que d’autres formes de financement.


  
  

Commentaire